Santa Clara del Cobre est une ville fantastique et une commune située au milieu de l’état de Michoacán, au Mexique, à 18 km de Pátzcuaro et 79 km de Morelia, la capitale de l’état.  C’est un village entièrement dédié à l’artisanat du cuivre et auquel il doit sa prospérité. Vous n’aurez donc en la matière que l’embarras du choix, entre artisans au travail, boutiques gorgées d’objets finement ciselés et même un musée. L’occasion ou jamais de ramener un petit souvenir de votre escapade à Santa Clara del Cobre, à une quinzaine de kilomètres au sud de Pátzcuaro.Ces gens travaillent le cuivre dès l’ère préhispanique, ce qui à provoquer la pré domination de la ville dans l’artisanat du cuivre durant la période coloniale (1519-1821) et jusqu’au xixe siècle. La ville a surtout conservé son aspect colonial, avec des maisons et d’autres bâtiments peints en blanc et recouverts de tuiles rouges. Les bâtiments plus anciens ont des murs épais en torchis. Beaucoup de maisons ont des décorations comme des cloches, des pots de fleurs, des heurtoirs de porte en cuivre.

État de Michoacán et l’artisanat

L’artisanat et les arts populaires de l’état de Michoacán est une tradition régionale mexicaine centrée sur l’État de Michoacán, au centre-ouest du Mexique. Ses origines remontent à l’Empire Purépecha, puis aux efforts de Vasco de Quiroga pour organiser et promouvoir le commerce et l’artisanat dans ce qui est aujourd’hui le nord et le nord-est de l’État. L’État dispose d’une grande variété de plus de trente métiers, dont les plus importants sont le travail du bois, de la céramique et du textile. Certains sont plus particuliers à l’État, comme la création d’images religieuses à partir de pâte de tiges de maïs et d’un type de mosaïque faite de paille de blé teintée sur un carton ciré. Bien qu’il existe un soutien aux artisans sous forme de concours, de foires et de marques collectives pour certaines marchandises (afin de les protéger contre les imitations), l’artisanat du Michoacán n’a pas accès aux marchés, en particulier ceux destinés aux touristes.

Histoire du travail de la Cuivre

Située dans une zone minière entre les montagnes de Santa Clara et les Cerros de la Cantera, dans le Michoacán, Santa Clara del Cobre est une ville d’origine préhispanique fondée par les Espagnols en 1553, qui ont été attirés par ses richesses minérales, puisque ses habitants travaillaient depuis lors avec le cuivre. Les Purépecha étaient les plus doués en sidérurgie et métallurgie, avec l’aptitude de produire des cloches, des ornements, des joyaux et des outils comme des masques, des haches, des pinces, des assiettes, des cuillères. Ils connaissaient également comment assembler de l’or et l’argent dans des objets en cuivre. La majorité de la population de la ville, environ 82 %, travail dans le façonnage d’articles en cuivre. Il y a 250 fabriques enregistrés dans et aux alentours de la ville, qui travaillent environ 450 tonnes de cuivre chaque année. Cela engendre un revenu d’environ cinquante millions de pesos par an. De plus, plusieurs articles en cuivre sont de nature utilitaire – divers types de récipients, casseroles, ustensiles de cuisine, assiettes, poêles, assiettes, horloges, lits, verres à shot, joyaux, vases, chaises, tables, interrupteurs, éviers, comptoirs, même des baignoires, et beaucoup autres, le tout fabriquer avec le cuivre.
Lorsque Vasco de Quiroga leur a enseigné la technique européenne, les artisans de Santa Clara l’ont combinée avec leur technique traditionnelle et sont devenus des experts. La ville est devenue la région de fonte de cuivre la plus répandue de la Nouvelle-Espagne, garant à la demande de fûts, de cloches d’église, d’alambics, de chaudrons et expédiant du cuivre à la Monnaie pour être frappé. Aujourd’hui encore, de nombreuses familles travaillent ce métal et le transforment en toutes sortes d’objets décoratifs et quotidiens.

La foire du cuivre

Chaque année, à la fin du mois d’août ou en début du mois de septembre, la Foire nationale du cuivre se tient à Santa Clara. Les artisans de la région y exposent et mettent en vente des œuvres d’art et toutes sortes d’ustensiles en cuivre fabriqués selon la technique ancestrale transmise de génération en génération. La foire commence au début du mois par un pèlerinage au temple de Nuestra Señora del Sagrario, où la patronne de la ville, Santa Clara de Asís, est vénérée les 11 et 12. D’autres activités culturelles, telles que des danses traditionnelles, des défilés, des feux d’artifice et un concours de cuivre martelé, ont également lieu. Ce dernier a comme principale caractéristique, un concours d’artisanat du cuivre qui décerne plus de quatre-vingts prix avec une bourse combinée d’environ 400 000 pesos. Et pour les voyageurs qui veulent faire du tourisme durant cette foire, plusieurs vols existent. Allant de vols France, richard vols jusqu’à cuba vols sont disponible durant ladite foire. De même, plusieurs hôtels à divers gamme, comme patzcuaro hotels, et la location voiture sont tant profitable lors de cette foire. Des transferts de voyageurs existent tant, et l’organisation du festival est digne de grande organisation évènementielle internationale. Il est tout de même très important de signaler que les horaires respectes est l’art populaire locale, avec le chef produit richard, le havane vinales, del cobre.

Profitez de cette occasion pour découvrir le centre de cette pittoresque ville magique du Mexique, prêt de la république cubaine, du Trinidad et Tobacco, prédominent les maisons aux toits à pignons et aux tuiles d’argile, ainsi que les ateliers d’or et d’argent où l’on peut entendre le martèlement presque toute la journée. N’oubliez pas de visiter le musée du cuivre pour voir une excellente exposition d’objets décoratifs réalisés par les artisans locaux les plus renommés. Et s’il vous reste un peu de temps, à seulement 12 km de Santa Clara se trouve le lac Zirahuén pour faire une promenade en bateau ou goûter à l’exquise cuisine locale dans les restaurants qui le bordent, comme les charales frites ou le bouillon de poisson blanc, parmi bien d’autres délices de la cuisine du Michoacán.

Le bois

Les forêts tempérées et tropicales de l’État fournissent les principales ressources économiques de l’État, principalement gérées par des groupes indigènes et métis qui fournissent à la fois du matériel et du combustible. Le bois est très varié et comprend le sapin, le palo escrito, le palissandre, le pin, le cirimo, l’acajou, le cèdre blanc, le tepamo, le tecote, le noyer, le granadillo et le galeana (en). Le bois utilisé par les ateliers dans de nombreuses petites communautés constitue l’une des principales sources d’emploi dans l’État. Le bois est sculpté en figurines, jouets, ustensiles de cuisine, décorations et masques, ainsi que transformé en bois d’œuvre pour meubles et en pièces plus fines pour la fabrication d’instruments de musique. Des artisans individuels créent chaque pièce, depuis la sélection du bois jusqu’au polissage du produit final. On trouve ces produits sur les marchés et dans les magasins, en particulier dans les zones à forte population autochtone. Pátzcuaro et Uruapan sont particulièrement connus pour le travail du bois .

Les meubles faits à la main vont du rustique mexicain traditionnel au rustique mexicain, en passant par les meubles de style européen. Les centres de fabrication de meubles sont Capacuaro et Comachuén, qui fabriquent des chaises, des ensembles de salle à manger et des lits, et Arantepacua et Turícuaro, qui font des commodes et des bancs. Pátzcuaro fabrique des meubles haut de gamme de style colonial et antique. Erongarícuaro fabrique des malles et des ensembles de salle à manger et Tócuaro est connu pour ses meubles en noyer mexicain (parota). Cuanajo fabrique des meubles en pin blanc tels que des armoires, des chevets, des malles, des porte-cuillères et des têtes de lit. Différentes essences de bois sont utilisées pour la fabrication d’instruments de musique tels que guitares, violons, altos, violoncelles, contrebasses et grandes guitares, notamment à Paracho, Ahuiran, Aranza, Cheranástico et Nurío, qui accueille la Feria de la Guitarera. Un artisan individuel accomplit l’ensemble de la tâche du début à la fin.

Bon nombre des activités de sculpture sur bois sont liées à la fabrication d’objets à des fins religieuses. Il s’agit notamment d’images et de masques, qui sont utilisés pour les processions et les danses. L’utilisation des masques remonte à l’époque préhispanique et est aujourd’hui utilisée pour des danses telles que Moros y Cristianos (les Maures et les Chrétiens), les Diables, les Petits Noirs, Los Viejitos, Los Rancherso, les Hermites, les Maringuias (hommes en costume féminin) et les Cúrpites (qui signifie “manger ensemble”). Les articles utilitaires comprennent des cuillères, des plateaux et des bols peu profonds, dont certains sont décorés avec soin.

La vallée de Viñales

La vallée de Viñales se situe dans la province de Pinar del Rio au cœur de la Sierra de los Organos. C’est une vallée fertile inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO, dédiée à la culture du tabac (les meilleurs cigares proviennent de cette vallée). C’est un paysage unique parsemé de mogotes (falaises calcaire), de pins majestueux, de grottes et de rivières. Cette vallée préservée par le développement est un véritable havre de paix.

  • Le site

    Cayo Santa Maria est reconnue pour ses plages impressionnantes. Cette bande de sable blond est bordée par une eau cristalline. C’est un des rares endroits sur l’île de Cuba où il y a des vagues. Les hôtels luxueux et modernes ont de nombreuses installations sportives. Il est facile de faire de la plongée en apnée et d’observer une faune marine colorée. Les voyageurs peuvent aussi s’adonner à une multitude de sports nautiques qui plaisent à toute la famille.

  • La culture

    Le Museo de Artes Decorativas permet aux amoureux de musique classique d’assister à de grands concerts et la Casa de la Cultura Juan Marinelloinitie les néophytes à l’art contemporain cubain. Ceux qui désirent profiter de la culture plus traditionnelle de l’île ne sont pas en reste; les musiciens locaux accompagneront leur exploration. 

  • L’histoire

    Les curieux vont visiter la charmante ville de Santa Clara. Elle offre une vie culturelle et permet aux voyageurs de se plonger dans l’histoire cubaine en explorant plusieurs sites importants construits en mémoire de Che Guevara, le célèbre révolutionnaire. Une statue de sept mètres surplombe la grande place et les touristes peuvent aller lui rendre hommage dans un mausolée.