L’Islande est parfaite pour voyager sur la route et qu’il y a de nombreuses bonnes raisons de le faire. Il n’y a pas de trafic et c’est une succession continue de paysages à couper le souffle. Mais en même temps, c’est une île pleine d’endroits sauvages et caractérisée par des conditions météorologiques, souvent extrêmes. Découvrez quelques conseils techniques utiles pour votre voyage.

Où aller ? Création d’un itinéraire routier

Le choix de l’itinéraire est évidemment subjectif et dépend de vos intérêts personnels et du nombre de jours dont vous disposez pour le voyage. En deux semaines, par exemple, vous pouvez facilement visiter toute l’île, y compris les zones plus éloignées et sauvages comme l’intérieur ou les fjords de l’ouest. En le réduisant à une dizaine de jours et en évitant les chevauchées sauvages, il faudra tout limiter à l’anneau circulaire (le Ring Road) qui le traverse. Le périphérique ou Route 1 est une route circulaire d’environ 1340 kilomètres de long qui fait le tour de l’île et touche les principales attractions. Le périphérique est merveilleux et pratique mais, si possible, il y a aussi des routes secondaires qui vous mèneront dans des endroits incroyables, au sommet d’un glacier ou dans de petits villages isolés. La meilleure solution pour coudre votre voyage sur la route est de prendre une belle carte de l’Islande, d’y marquer les points d’intérêt et enfin de calculer les distances et les temps de parcours. Si vous ne voyez pas tout, ne soyez pas triste, car vous avez encore une excuse pour revenir en arrière.

Comment voyager ? Choisir une voiture

Le choix de la voiture est un moment très important de votre voyage en Islande, car conduire en Islande n’est pas exactement la même chose que conduire dans d’autres pays européens. Le temps est toujours imprévisible et il faudra être prêts à faire face à toutes les éventualités. Le choix doit ensuite être pondéré en fonction de certains facteurs essentiels tels que la saison et l’itinéraire. Il est préférable de dépenser un peu plus mais de voyager en toute sécurité et sans bruit. Si vous prévoyez de voyager en été (de juin à septembre) et de rouler simplement sur le périphérique (en évitant ainsi les zones plus sauvages et les véhicules tout-terrain), vous pouvez louer une petite voiture. Mais n’oubliez pas de rester sur la route principale et ne vous aventurez pas au sommet d’une montagne. Si vous prévoyez de sortir de la route, un 4×4 est indispensable surtout lors de l’hiver.

En ce qui concerne le choix du diesel ou de l’essence, cela dépend de votre budget. L’essence a un coût important mais elle améliore certainement les performances de la voiture sur certains types de routes (chemins de terre et côtes par exemple).

Enfin, lorsque vous choisissez la voiture chez le loueur, vous disposez de différentes marques, de différents modèles et de nombreuses options supplémentaires en plus de la transmission automatique. Le système de navigation par satellite et le réchauffeur de siège, pour les températures inférieures à zéro, sont certainement utiles. L’assurance de votre voiture islandaise est également une question cruciale à ne pas oublier.

Petits conseils à ne pas oublier

1. Les stations-service sont moins fréquentes dans certaines parties de l’île. Veillez donc à toujours avoir une bonne réserve d’essence et de tout ce dont vous pourriez avoir besoin. Avant de commencer votre voyage, il serait préférable d’avoir une carte qui vous permette de faire le plein par vous-même car, en vacances ou dans des régions éloignées, le service “servi” n’est pas toujours disponible et vous ne pouvez pas risquer de vous en priver. Les zones de service ne servent pas seulement à faire le plein, mais aussi à préparer des repas rapides à l’islandaise. Ce n’est pas la viande de baleine, mais plutôt les hot-dogs chauds et bon marché que les Islandais adorent.

2. Procurez-vous de la nourriture, des boissons et du papier toilette quand vous en avez l’occasion. Il serait également bon d’avoir une petite réserve d’eau à garder dans la voiture, non seulement pour la boire quand on a soif, mais aussi pour l’utiliser en cas de problèmes techniques liés au moteur (par exemple si vous surchauffez pendant une montée sur un chemin de terre).

3. Étant donné la beauté des paysages que vous rencontrerez, l’envie de s’arrêter pour prendre des photos sera très fréquente. Les routes principales sont souvent étroites et n’offrent pas beaucoup de places de parking pour les voitures, alors soyez très prudent si vous devez vous arrêter au milieu de la route. Peut-être que peu de voitures passeront, mais c’est quand même dangereux. Attendez plutôt la première place utile et spacieuse pour garer la voiture sans créer de danger pour vous et les autres.

4. Un autre élément auquel vous devrez prêter attention pendant votre voyage en voiture sont les moutons. On dit qu’en Islande, avec une densité de population de 3 habitants au kilomètre carré, il y a plus de moutons que d’hommes. C’est pourquoi il n’est pas rare de les trouver sur les côtés ou au milieu de la chaussée, surtout en été et en automne. Gardez toujours les yeux ouverts, n’accélérez pas trop et soyez prêt à freiner à la dernière seconde pour éviter l’impact avec le mouton suicidaire.

5. Un proverbe islandais qui dit “si tu n’aimes pas le temps, attends cinq minutes”. Ce n’est pas seulement un dicton, mais la réalité. Vous vous réveillez au soleil, vous mangez sous la pluie et vous vous endormez dans le brouillard. Imprévisible du début à la fin. Soyez donc très attentif à surveiller la situation météorologique du jour et consultez chaque matin les sites adaptés à cela.. Certaines routes peuvent être fermées et vous devrez repenser vos projets.

6. Pour réduire le coût du voyage en voiture, surtout si vous n’avez pas rempli les places de parking, vous pouvez aller chercher des passagers sur des sites internet spécialisés pour cela. Ces sites rassemble, en général, les personnes qui proposent ou recherchent des passages. Ce n’est pas une mauvaise idée, que vous soyez à la recherche de compagnons de route ou que vous ayez décidé de faire du stop autour de l’île.