La librairie Acqua Alta est née en 2004 de l’idée de Luigi Frizzo, née à Vicence mais vénitien d’adoption, qui avec sa créativité et son génie, peut-être le résultat d’une vie passée à parcourir le monde, parvient à raconter Venise de manière unique et authentique. On pourrait en effet dire que la ville est enfermée dans ce microcosme de livres, de meubles étranges, de chats et, évidemment, de hautes eaux. Vous avez raison. Pour protéger les nombreux volumes de l’eau qui entre dans le magasin, il n’y a pas d’étagères ni de tablettes, mais des gondoles, des canoës, des bateaux et des baignoires. Il n’existe même pas de catalogue numérique pour trouver plus facilement le livre souhaité, mais vous pouvez toujours compter sur le très aimable Luigi qui connaît probablement par cœur l’emplacement de nombreux ouvrages.

Les atouts de cette librairie

En plus d’être un libraire Casanova éclectique, M. Frizzo est en fait un guide précieux pour ceux qui s’aventurent dans sa boutique. Il est toujours prêt à répondre aux curiosités que l’on se pose et, avec un joli sourire et un peu de fierté, il indique aux touristes et aux clients ce qu’il appelle les petits plus de la librairie : une échelle de livres, la sortie de secours et la gondole.

L’échelle de livres est en fait un dispositif original qui permet aux clients de profiter de la vue sur les canaux vénitiens et sur le palais où Hugo Pratt a situé l’une des histoires de Corto Maltese. Mais comme le révèle Luigi dans une interview, ce qui frappe, c’est l’échelle elle-même plutôt que le paysage. Mais ne vous inquiétez pas, car aucun livre n’a été maltraité pour y parvenir. Il s’agit d’un recyclage créatif puisqu’il est constitué de livres en ruine destinés à être réduits en bouillie. La sortie de secours est aussi une vue sur dix heures et demie : une fenêtre sur les canaux avec des chaises et un canapé pour regarder le spectacle de la marée montante ou saluer le passage des gondoles.

Pour vous orienter parmi les hautes rangées de livres, vous n’aurez que de simples signes manuscrits. Il y a tant de titres disponibles. Beaucoup de volumes d’occasion, anciens et définitivement introuvables qui font le bonheur des lecteurs prétentieux, mais aussi des best-sellers et des versions assez originales comme le “Petit Prince” en dialecte vénitien. Avec un peu de patience et un peu de chance, vous sortirez peut-être le livre que vous cherchiez. Et si vous ne trouvez rien d’intéressant, ne vous inquiétez pas, car vous avez visité l’une des plus belles librairies du monde.

Vous vous demandez comment une telle librairie, totalement étrangère à la logique du marché de l’édition, peut survivre. La confusion règne, attire et fonctionne bien puisqu’il n’y a pas de crise pour cette librairie complètement débordée. Peut-être vous perdrez-vous dans la section littérature étrangère, vous promènerez-vous en pensant que vous êtes dans un labyrinthe de livres, ou vous prendrez des clichés pour ne pas manquer un seul coin de cette rareté absolue. Quoi qu’il en soit, ce sera une Venise que vous n’oublierez pas, surtout si vous aimez les livres.