La fête des morts dans le Yucatán : le « Hanal Pixán », un rendez-vous entre les âmes des morts et les vivants mêlant traditions mayas et catholiques.Dans la ville du Mexique, cette fête est l’une des traditions la plus importante du pays. Le 2 novembre, elle est l’occasion de célébrer dans la joie les proches décédés.

Avec l’instauration de la Journée des fidèles disparus, certaines des anciennes traditions de la ville du Mexique central ont été adaptées à la célébration. D’autre part, dans la péninsule du Yucatan, les communautés mayas ont créé leur propre version de cette célébration, le Hanal Pixán. Hanal Pixán signifie “nourriture des âmes”, et elle n’a pas seulement lieu un jour par an, mais dure environ une semaine au cours de laquelle la maison et l’autel sont préparés pour recevoir les âmes qui viendront visiter les vivants. Contrairement à la France, cette fête est une véritable célébration de la vie, festive et joyeuse ! En 2003, l’UNESCO déclare les fêtes d’El Dia de Los Muertos: « chef-d’oeuvre du patrimoine oral et immatériel de l’humanité ».

Le jour des morts aux pays des Mayas

La fête des morts est un peu différente d’une région à l’autre. Ainsi, à mérida, la culture Mexicaine traditionnelle s’est mélangée à la culture maya. La fête porte ainsi un autre nom : hanal Pixán (“la nourriture des esprits”). Dans cette région, on pense que les morts reviennent rendre visite aux familles une fois par an. Comme ils font un long chemin pour arriver chez les vivants, les personnes décédés sont affamés. Il faut donc leur préparer de la nourriture. 

De nombreuses familles dressent de grandes tables dans la rue afin d’accueillir les esprits : on met une nappe, on dispose des photos des êtres disparus, des petites bougies, des fleurs, puis on cuisine leurs plats favoris. Les femmes revêtent le huipil pour l’occasion, la tenue traditionnelle maya.  Ils laissent également derrière eux des objets qui leur ont plu de leur vivant, tels que des cigares, des livres et des photos pour se souvenir d’eux. Au Yucatán, la période du hanal pixan est propice à une cérémonie qu’on ne retrouve nulle part ailleurs. Il s’agit d’exhumer les ossements des morts inhumés deux ou trois années auparavant. Les sols peu profonds et secs de cette région facilitent cette pratique qui donne lieu à une cérémonie comparable à une veillée funéraire. Les os déterrés au cimetière sont bénis et placés dans une petite boîte qu’on emportera dans la maison de la famille. Les symboles d’El Dia De los Muertos sont partout dans la region.

La fête commence alors : la rue qui mène au cimetière municipal se remplit petit à petit de ces tables familiales et d’à peu près tous les habitants de la ville pour une procession nocturne et festive jusqu’au cimetière, où l’on ira se balader parmi les tombes illuminées. Nous en avons pris plein les mirettes, ne sachant plus où donner de la tête entre les tables magnifiquement dressées, les déguisements, les maquillages et la musique.

A la fin des huit jours de célébration, appelés Bix, une messe est donnée au nom des défunts afin qu’ils puissent retourner sans problème à leur repos éternel. En outre, une promenade aux chandelles est généralement effectuée afin qu’ils ne se perdent pas lorsqu’ils quittent leur ancien domicile.

Il ne faut pas oublier oublier que l’objectif principal du hanal Pixán et du El Dia De los Muertos , est de se souvenir avec affection des personnes qui nous ont précédés. Si vous avez la chance de visiter la péninsule du yucatan pendant les derniers jours d’octobre et la première semaine de novembre, ne manquez pas de voir certains de ces autels afin de pouvoir vivre cette belle célébration du yucatan de première main.

Les aliments pour Hanal Pixan

Les aliments qui sont préparés pour hanal Pixan sont uniques au peuple maya. C’est la principale façon cette fête est différente de la Journée des traditions mortes dans le reste du Mexique, qui a ses propres plats particuliers qui sont associés à la fête, les aliments pour le jour des morts.

La nourriture la plus importante pour les vacances est mucbipollo. Le nom de ce plat est un mot composé maya et espagnol. Dans les moyens CUM mayas enterrés et des moyens bi cuits au four et Pollo est le mot espagnol pour le poulet. Ce plat spécial est semblable à un tamal mais beaucoup plus grand qu’un tamal normal. Il est fait avec de la pâte de maïs et de poulet enveloppé dans des feuilles de bananier. Traditionnellement , il est cuit dans un souterrain appelé fosse pib, bien que de nos jours , certaines personnes prennent leurs mucbipollos à une boulangerie à cuire dans un four à bois, et d’ autres vont cuire dans leur four à la maison.
Le mucbipollo et d’autres aliments et des boissons traditionnelles sont placées sur une table qui est mis en place avec une nappe et des bougies pour les morts pour profiter de l’essence des aliments. Plus tard, la vie consommera ce qui reste. Il est également d’usage de mettre une assiette pour les âmes solitaires, ceux qui n’ont personne pour les retenir.