Si vous voyagez au Pérou en voiture, vous ne vous poserez probablement même pas cette question – Nazca est bien sûr emmenée. Si vous parcourez le pays avec des compagnies d’autobus, vous êtes plus susceptible de vous demander si un arrêt à Nazca en vaut la peine. Les géoglyphes de Nazca au Pérou sont l’une des principales attractions touristiques du Pérou. Tout le monde les connaît grâce à plusieurs documentaires à la télévision et aussi grâce aux nouvelles, où les mystérieuses géoglyphes font de temps en temps l’objet de découvertes par les archéologues.

Accidents d’avion et sacs à vomi

Les vols au-dessus des géoglyphes sont controversés. Les agences de voyage déconseillent la plupart du temps les vols proposés dans cette région. Les précautions de sécurité sont trop mauvaise. Le ministère des affaires étrangères déconseille même un survol au-dessus des lignes de Nazca à partir de l’aéroport “Maria Reiche” de Nazca. “…Il y a eu plusieurs incidents depuis 2007, dont trois accidents d’avion avec un total de 18 morts et plusieurs atterrissages d’urgence.”

Nous avons donc décidé de ne pas faire le survol. Outre l’accident d’avion menaçant, les courageux qui ont osé prendre l’avion font état de manœuvres de vol qui rendent inévitable l’utilisation de sacs à vomi. Les pilotes aiment voler en huit afin que chacun des passagers ait une vue optimale des lignes. Compréhensible, mais qui veut vomir tout le vol ?

Mais pouvez-vous voir les figures mystérieuses même sans vous aventurer dans un avion à Nazca ?

Les tours d’observation au-dessus des lignes de Nazca

Il y a deux miradors dans la zone autour des lignes de Nazca d’où vous pouvez voir les lignes. Bien sûr, vous ne pouvez pas voir les images complètes – elles sont juste trop grandes pour cela – mais vous pouvez avoir une bonne idée de leur taille. Jusqu’à aujourd’hui, on ne sait pas très bien dans quel but la culture Nazca a créé ces lignes. La théorie des “pistes d’atterrissage pour extraterrestres” semble un peu farfelue. Une chercheuse a consacré 40 ans à des fouilles archéologiques et à la mesure des géoglyphes de Nazca et a avancé la théorie qu’il s’agissait d’un calendrier astronomique géant.

Chaque mirador est situé à une certaine distance l’un de l’autre directement à la Panamericana.

Attention ! L’ascension coûte un petit prix d’entrée et le temps d’observation des figures sur la tour est limité. Lorsque les 10 minutes au sommet sont terminées, le garde frappe sur la tour par le bas et vous incite fortement à descendre. En bas, les prochains touristes attendent déjà.

Le musée Maria Reiche

À 30 km au nord de Nazca se trouve le musée Maria Reiche. Ceux qui se rendent à Nazca en voiture en venant d’Ica passeront automatiquement par là. Mais seulement en voiture. Pour autant que nous sachions, les bus interurbains ne s’y arrêtent pas.

Mais il vaut la peine de le visiter. La vie de l’archéologue est représentée dans plusieurs salles. Même les croquis originaux de ses mesures des lignes sont exposés. Jusque dans les années 1960, Maria Reiche avait arpenté à pied une superficie d’environ 150 kilomètres carrés. L’Allemande est morte à l’âge de 95 ans et a été enterrée sur la propriété du musée où elle a vécu pendant plus de 25 ans.

Les aqueducs de Cantalloc

Si vous avez le temps de visiter d’autres sites à Nazca, vous devriez vous rendre aux aqueducs de Cantalloc. Ceux qui voyagent en voiture de location peuvent se rendre directement aux aqueducs (à environ 30 minutes de Nazca). Sinon, les voyagistes locaux proposent tous des visites des aqueducs voisins.

Ces aqueducs servent à extraire l’eau d’une nappe souterraine et font partie d’un énorme système d’approvisionnement en eau créé par la culture Nazca il y a des siècles.

Seul ce système a permis à la civilisation Nazca de survivre dans le désert. Aujourd’hui encore, plusieurs des quelques 30 aqueducs sont encore en service et en étonnamment bon état.

Conclusion

La petite ville de Nazca, au milieu du désert, ne mérite pas d’être mentionnée. Le visiteur y trouvera tout ce que son cœur de touriste désire : des tour-opérateurs, des restaurants touristiques (chers) avec de la nourriture occidentale, des hôtels de luxe à bon marché. Mais la ville elle-même n’est pas très belle. Nous avons particulièrement apprécié les aqueducs de Cantalloc. Il faut voir les lignes de Nazca. Les figures sont également fascinants “d’en bas” et nous n’avons pas regretté de ne pas avoir pris l’avion.